AccueilProfessionnelVoile, catamaranContact, infos

Rubrique voile et catamaran :

1 Accueil2 Notions élémentaires3 Virement de bord
4 Empannage5 Marche arrière, départs et arrivées6 Arrêt à la cape, homme à la mer
7 Louvoyage8 Vent réel, apparent, vitesse9 Aérodynamique
10 Réglage des voiles11 Forces de translation12 Couples de rotation
13 Bases météorologiques14 Marées15 Balisage en mer
16 Règles de priorité17 Sécurité en mer18 Naviguer en solo
19 Installer un spi20 Naviguer sous spi21 Exemple de test théorique
22 Préparer un stage de voile23 Divers points matériels24 Conseils d'achat
25 Restaurer une plateforme26 Documentation HC1727 Bears, mises à l'eau
28 Barre de redressement29 Construire des wings

Conseils d'achat

Points à contrôler lors de l'achat d'un catamaran d'occasion

Voici quelques points à contrôler par exemple :

  • le bateau est-il Europe/USA/Afrique ? Il y a des décotes spécifiques dans l'Argus pour les non-Europe (-10% pour les modèles USA, -20% pour les modèles Afrique), cela s'expliquant entre autres par la disponibilité des pièces de rechange, la compatibilité des pas de vis, etc...
  • les listons (rebord supérieur) des coques sont-ils en bon état, bien étanches et rigides sur tout le tour ?
  • les flancs des coques sont-ils rigides en tout point lorsqu'on appuie dessus fortement ?
  • lorsqu'on soulève une coque au niveau de l'étrave, quel est le jeu de l'autre étrave (max 20 cm de différence si possible) ?
  • les câbles (étai, haubans) sont-ils gendarmés (un des petits câbles est cassé et dépasse) ? Inspecter en particulier la manille de capelage en haut du mât
  • les voiles sont-elles OK ? Ne jamais oublier que c'est le moteur du bateau. Les voiles en Dacron, passé un certain âge, sont perméables à l'air et donc beaucoup moins puissantes.
  • gréer intégralement le bateau à terre pour tout examiner, ne pas hésiter à le dessaler pour inspecter le mât.
  • les cames des safrans fonctionnent-elles bien ?
  • les liaisons des safrans aux coques sont-elles bien fixes et étanches ?
  • l'accastillage est-il en bon état, non grippé ?
  • demander quelle quantité d'eau le bateau recrache après chaque navigation et si, par bonheur, en retirant le bouchon on entend une expulsion d'air (coques étanches)
  • le bateau a-t-il navigué uniquement sur eau douce ? (ce serait idéal !)
  • dessaler ou soulever le bateau pour inspecter le bas des coques. Rechercher des réparations, et presser dessus pour tester leur rigidité (normalement, une zone réparée est plus solide que le reste, à moins que la résine ait séché dans de mauvaises conditions, auquel cas il faut tout refaire)
  • sur le HC16 : la coque est-elle en bon état au niveau des liaisons avec les poutres métalliques, y a-t-il eu des réparations cachées à cet endroit ? Ceci serait rédhibitoire !

Manilles

Une simple petite note pour vous parler des manilles.

  1. Autrefois, on utilisait des manilles "basiques" (1), c'est à dire avec un pas de vis, et un manillon (axe) indépendant. Il était très fréquent de perdre le manillon dans le sable ou dans l'eau, et assez fréquent de perdre le corps de la manille. On tentait d'assurer le tout avec des fils... et un succès variable.
  2. Puis sont apparues les manilles à manillon imperdable : le manillon fonctionne toujours avec un pas de vis, mais ce dernier entre en butée à la fin de sa course : il ne peut pas être détaché.
  3. Puis vinrent les manilles sans pas de vis (3). En plus d'avoir un manillon imperdable, elles s'ouvrent et se ferment en 1/2 tour. C'est très pratique quand on a les doigts froids et engourdis. Si la manille est dure, il suffit de serrer son corps dans l'axe du manillon pour faciliter la rotation de ce dernier.
  4. Enfin vinrent les manilles imperdables (4), combinaison de toute la science précédente. Une goupille verrouille la manille. Il faut un marteau et un clou pour la mettre à poste et la retirer.

Tout cela pour dire qu'une manille imperdable (4) coûte dans les 7 euros, contre 3 euros pour une manille classique. Ce prix peut sembler élevé, mais on le trouve vite justifié lorsqu'on a perdu une manille et qu'on s'est retrouvé dans le pétrin !
Un conseil : équipez intégralement votre bateau ainsi dès le début. Vous ne regretterez pas cet investissement.

Trampolines

Il existe deux types de trampolines : les trampolines en vinyle et les trampolines en mesh.

Les tramplines en vinyle

Ce sont les plus courants, de couleur bleue, blanche, ou parfois jaune.

Avantages :

  • ils sont très solides
  • ils résistent relativement bien au temps et aux ultra violets (UV)
  • bien tendus, ils rigidifient la structure de votre catamaran
  • ce sont les moins chers

Inconvénients :

  • ils sont moins confortables car le sable reste dessus et ils sont rigides
  • l'eau ne passe pas à travers, ce qui est gênant pour les trampolines très bas
  • généralement, une fois mouillés ils glissent plus

Les trampolines en mesh

Le mesh ressemble à un grillage, généralement de couleur noire, et relativement déformable (élastique).

Avantages :

  • le confort est nettement supérieur car ils sont souples et laissent passer le sable
  • si votre trampoline est très bas, l'eau pourra remonter à travers, ce qui freinera moins le bateau
  • ils ne glissent pas ou très peu

Inconvénients :

  • ils sont plus fragiles
  • ils résistent très mal au temps et aux UV
  • ils ne participent pas à la rigidité de votre cadre
  • ils sont plus chers

Que choisir ?

  • Si votre trampoline est situé en hauteur, en particulier sur les HC16, nous vous recommandons les trampolines en vinyle
  • Dans les autre cas, le doute est permis mais les bon vieux trampolines en vinyle ont encore leur place, surtout sur un vieux bateau.
  • Dans tous les cas pour les bancs (ailes / wings), qui sont soumis non seulement aux UV mais aussi aux pieds des trapézistes, le vinyle semble encore une fois le plus adapté, d'autant plus que la plus-value en confort du mesh reste à démontrer dans ce cas très précis.

Dans tous les cas, il est conseillé de retirer votre trampoline si votre catamaran est parqué en extérieur l'hiver. Sachez que, par vent fort, votre catamaran peut s'envoler sur quelques mètres. C'est la raison pour laquelle il doit être attaché au sol.

En outre, dans tous les cas, il est très important de l'abriter des UV. Pour cela nul besoin d'acheter un taud, il suffit d'acheter un drap de lit bien épais par exemple, et de l'attacher aux quatre coins du trampoline.

Enfin, il est à noter que les trampolines en mesh, qui ont tendance à s'user, peuvent être restaurés avec de la peinture destinée à restaurer les boudins gonflables de bateaux type Zodiac (peinture pneumatique élastomère : exemple ici). Contrairement à ce qu'on trouve le plus souvent, il existe d'autres couleurs que le gris : n'hésitez pas à pousser lourdement le revendeur à contacter le fabriquant.

http://emmanuel.chazard.org - Copyright 2001-2018
Page générée par nos soins le 06/12/2018 à 22:43:55