AccueilProfessionnelVoile, catamaranContact, infos

Rubrique voile et catamaran :

1 Accueil2 Notions élémentaires3 Virement de bord
4 Empannage5 Marche arrière, départs et arrivées6 Arrêt à la cape, homme à la mer
7 Louvoyage8 Vent réel, apparent, vitesse9 Aérodynamique
10 Réglage des voiles11 Forces de translation12 Couples de rotation
13 Bases météorologiques14 Marées15 Balisage en mer
16 Règles de priorité17 Sécurité en mer18 Naviguer en solo
19 Installer un spi20 Naviguer sous spi21 Exemple de test théorique
22 Préparer un stage de voile23 Divers points matériels24 Conseils d'achat
25 Restaurer une plateforme26 Documentation HC1727 Bears, mises à l'eau
28 Barre de redressement29 Construire des wings

Installation d'un spi

Préambule

Cette page explique comment construire son propre kit spi. Naturellement, il faudra quand même acheter, neuf ou d'occasion, un spi. Pour tout le reste, cela se passe ici-même.

Nous allons ici détailler les opérations nécessaires pour mettre en place un spi avec avaleur de spi. Pour ce qui est du spi sans avaleur, c'est-à-dire avec un sac à spi sur le trampoline, c'est pareil mais sans l'avaleur (simple, non ?). Pour ce qui est du spi sur enrouleur, cela n'a pas grand chose à voir, mais le sujet est trop simple pour mériter une page entière, je ne doute aucunement que vous pourrez résoudre le problème.

Dans tous les cas, il faudra ensuite gréer le spi, c'est-à-dire installer les différents cordages. Pour ce faire, je vous renvoie simplement au chapitre correspondant dans le cours de catamaran : Gréement et utilisation du Spinnaker (Spi). Un mot seulement sur les écoutes de spi : elles doivent être suffisamment longues pour ne pas gêner les empannages. Nous recommanderons plutôt des écoutes de faible section, très légères, car sinon par petit temps elles lesteront trop le point d'écoute du spi : il faudra donc prévoir des gants car forcément ce sera moins confortable.

Sur cette page nous verrons successivement :

  • l'installation de la poulie en tête de mât
  • la fabrication du tangon
  • la fabrication de la partie solide de l'avaleur de spi
  • la confection du sac tissu de l'avaleur de spi
  • un coup d'oeil rapide sur les poulies diverses

Position générale de la réalisation de votre serviteur :

Voici quelques photographies synthétiques du tout une fois monté, sans spi.



Installation de la poulie en tête de mât

Une poulie, utilisée par la drisse principale du spi, doit être frappée en général au tiers supérieur entre la manille de capelage et la tête de mât. Ce "en général" dépend évidemment de la longueur du guindant (bord d'attaque) de votre spi. La fixation la plus simple consiste à river un pontet et à fixer la poulie dessus. Cela n'est faisable qu'avec un mât tout aluminium, et lorsqu'on connait la longueur du guindant du spi.

On fixe simplement un pontet à l'aide de rivets en aluminium, puis on fixe une poulie, soit directement avant de river le pontet, soit via une manille vrillée. On utilisera un ressort pour maintenir la poulie : cela peut être un ressort métal, ou un ressort-tube plastique. Il est également possible (cf. photo ci-dessous) et moins onéreux d'utiliser un segment de gros tuyau d'arrosage (ou pour évacuation de fosse septique). On utilise des rivets en inox, plus solides, il faut donc bien étanchéifier le tout à l'aide de mastic silicone (sicaflex) pour limiter l'oxydation du mât à l'interface.

Parfois cependant, on ne sait pas réellement de quelle taille sera le spi, et on ne souhaite pas trop fragiliser le mât. Il est alors possible de fixer la poulie via des cordelettes, et non via un pontet traditionnel. C'est ce que nous montrerons ici.



  1. percez tout d'abord deux trous transfixiants, un au niveau de la tête de mât, l'autre nettement au-dessus de la manille de capelage
  2. dans chacun des trous, faites passer un bout fin, en simple aller-retour
  3. à la hauteur choisie pour la poulie, réunissez les 4 brins à l'aide d'un noeud d'écoute. Prenez quelques minutes pour serrer ce noeud au maximum, en faisant glisser le bout dans le noeud à l'aide pinces, de manière à ce que le noeud soit plaqué contre le mât
  4. passez une manille comme sur le schéma, enserrant le noeud verticalement (écrasez le noeud avec des pinces), puis fermez la manille sur la poulie de drisse. De la sorte, la poulie reste bien dirigée vers l'avant, et plus rien ne bouge !
  5. Roulez le brin restant autour de la manille. Protégez le côté mât en positionnant une boule de déodorant coupée comme un nez de clown autour de la manille, et scotchez vigoureusement le tout.

Et voici le travail. En cas d'erreur, il sera aisé de repositionner la poulie.

Le tangon

Autant on peut légitimement hésiter à se lancer soi-même dans la fabrication de l'avaleur de spi, autant rien ne justifie (pour une utilisation de loisir) d'acheter le tangon tout prêt et mettre autant d'argent dans un simple tube d'aluminium.

Le matériau de base

Achetez un tube d'aluminium dans un entrepôt spécialisé. Ces tubes sont vendus par 6m, débitables sur place : demandez 2x3m, soit 3m pour la tangon, et 3m pour une barre de redressement ou pour des réparations (barre de liaison par exemple...). Le diamètre à prendre dépendra des disponibilités et de l'épaisseur de l'aluminium. Pour ma part, en non anodisé, il n'y avait que 2mm d'épaisseur et non 3, j'ai donc pris un diamètre de 6cm. Cela paraît impressionnant, mais ce n'est pas si lourd.

Exemple de magasins :

  • à 59000 Lille : PUM Alu, au niveau du port fluvial de Lille
  • à 56000 Vannes : Etablissement Le Tinier Morin, ZI du Prat

Le pied du tangon

Pour la fixation, rivetez un pontet sur la poutre avant. Trouvez en magasin d'accastillage un embout de tangon (10 euros) à ressort, et fixez-le sur le tangon. La partie plastique butera sur la poutre, mais ne l'abîmera pas.

Fixez au pied du tangon une poulie dressée par un ressort, et éventuellement un pontet pour faire passer la drisse. De préférence, la poulie ne doit pas pouvoir tourner sur elle-même, cela risquerait d'emmêler la drisse.

Fixez sur la poutre avant un taquet coinceur à ressorts.

Le bout du tangon

Fixez une poulie dressée par un ressort. De préférence, la poulie ne doit pas pouvoir tourner sur elle-même. Pour protéger le bout du tangon, vous pouvez utiliser un capuchon de bombe aérosol du bon diamètre. Ici, faute de mieux, j'ai utilisé une corps de distributeur de dentifrice complété par une boule de déodorant... bref, tout est permis.

La fixation verticale du tangon

(cf. première photo de vue d'ensemble)

Le tangon est retenu vers le bas par des pantoires. Pas besoin de pantoires métalliques, vous pouvez utiliser de la garcette (petit bout). Fixez pour ce faire des pontets à la face inférieure du tangon. Il est recommandé d'installer des pantoires à deux niveaux, pour limiter le cintrage du tangon : à hauteur de la patte d'oie, et au bout du tangon.

Par ailleurs, Hobie cat vend des gouttières à placer sous le liston, et censées renforcer les coques au niveau de l'arimage des pantoires. En réalité, ces gouttières servent à répartir la traction sur une plus grande surface, et vous pouvez aisément les fabriquer vous-même.

Enfin, le tangon est retenu vers le haut par un élastique qui remonte le tangon sous la patte d'oie. Une des extrémités de l'élastique peut être fixée par un noeud, et l'autre à l'aide d'un crochet en S, pour démonter le tangon plus rapidement.

Pavillon de l'avaleur de spi

Généralités

C'est la partie la plus délicate. Si vous êtes pressé, un pavillon coûte 220 euros chez Hobie Cat, il vous sera simple de le fixer sur un tangon de votre fabrication, après vérification du diamètre du tube aluminium. Sinon, la suite vous concerne.

Tout d'abord, une remarque préalable. Dans les modèles du marché, le tissus est à l'extérieur du pavillon. C'est possible car la facture du pavillon est irréprochable. Je pense que, pour une fabrication maison, c'est un risque inconsidéré : il restera toujours des irrégularités de surface, qui endommageront le spi lors de son passage. C'est pourquoi je vous propose de faire passer le tissus dans le pavillon et non autour.

D'ailleurs, si vous procédez ainsi, pourquoi ne pas remplacer le pavillon par un simple gros tuyaut de canalisation en PVC, orné d'un bourrelet en gros tuyaut d'arrosage...

Position

Le pavillon est situé sur un des côtés du tangon. Il s'appuie naturellement sur une des deux pantoires, ce qui l'empèche de tourner vers le bas.

Fabrication en fibres de verre

Si vous souhaitez vous lancer dans la fabrication en fibres de verre, reportez-vous d'abord à la notice de la résine et de la fibre, cette page n'abordera pas les problèmes liés à cette technique.

Conceptuellement, le pavillon est un rectangle donc un côté est rogné en forme de vague, et qui est enroulé sur lui-même [1]. Il restera donc un bord libre, qui sera fixé le long du tangon [2].

Pour réaliser cette forme, j'ai d'abord construit une forme en carton en assemblant les pièces [1] et [3]. J'ai utilisé un gros tuyaut d'arrosage pour former un bord arrondi. J'ai ensuite utilisé ce support pour déposer de la fibre de verre et constituer ainsi la pièce que vous voyez ci-dessus. Un petit conseil : recrouvrez tout le carton exposé à l'aide de scotch d'emballage, sinon la résine prendra dedans. Ci-dessous : le bon Docteur Chazard et de son ingénieur de frère à l'ouvrage.

Le sac en tissu de l'avaleur de spi

Nous rappelons notre parti-pris assez particulier : le tissu recouvre tout l'intérieur du pavillon, et ressort en s'évasant, de sorte que le spi ne sera jamais en contact avec le pavillon, mais seulement avec le tissus. Ce parti-pris simplifie la fabrication du pavillon, mais rend la forme du sac un peu plus complexe. Une fois votre pavillon fabriqué et monté sur le tangon, utilisez par exemple un sac poubelle ouvert pour réaliser le patron in vivo au niveau du pavillon.

Le sac est réalisé en toile vendue en voilerie pour les sacs à voile. Certaines de ces toiles sont en dacron un peu rugueux, d'autres sont dans un tissus solide mais doux au contact, relativement déformable (les fibres se déforment en parallélogramme), c'est celles que nous avons choisies.

Dans mon cas, le sac avait cette forme. En vert plus vif, nous avons représenté de nombreux passants de tissu. Ils permettent de faire passer l'élastique pour ce qui est du pavillon (cf. photo plus haut). Pour ce qui est du corps du sac (non représentés, le long de la future couture de fermeture), ils permettent de le lacer le long du tangon. Enfin, au niveau de l'extrémité inférieure, ils permettent de fermer le sac et de le fixer sous le trampoline. Bien évidemment, les coutures sont disposées sur la face externe, de manière à ce que le contact soit le plus doux possible.

Les photos générales, plus haut, vous permettent de voir le sac une fois en place.

Coup d'œil sur certaines poulies


Pour réaliser la double poulie centrale, celle qui permet à la drisse du mât de tirer sur la drisse d'amure, nous avons pris deux poulies simples, nous avons percé l'une d'elles pour faire sauter les rivets et la démonter totalement. Puis nous l'avons remontée en prenant en même temps l'autre poulie et un ressort, et remplacé le rivet par une boulon + écrou. Ces petites poulies peuvent se trouver pour 2 euros pièce en occasion.

Les poulies d'écoute (winch) sont classiques, assez chères en matériel neuf (entre 50 et 100 euros par poulie !) et difficiles à trouver en occasion. Nous les avons fixées très simplement sur les traverses latérales, au niveau du tiers postérieur du bateau. Un pontet est rivé dans la traverse, puis on y fixe la poulie à l'aide d'une manille. Pour maintenir la poulie verticale, il existe trois possibilités : un ressort en inox, un ressort gainant en plastique ou, comme sur la photo, un simple morceau de gros tuyau d'arrosage ou de tuyau d'évacuation d'eaux usées (rayon jardinage des magasins de bricolage).

Installation des cordages

Toute la suite, à savoir l'installation des cordages, le grément du spi et son utilisation, est détaillée dans la rubrique Naviguer sous spi.

http://emmanuel.chazard.org - Copyright 2001-2018
Page générée par nos soins le 06/12/2018 à 22:43:55