AccueilProfessionnelVoile, catamaranContact, infos

Rubrique voile et catamaran :

1 Accueil2 Notions élémentaires3 Virement de bord
4 Empannage5 Marche arrière, départs et arrivées6 Arrêt à la cape, homme à la mer
7 Louvoyage8 Vent réel, apparent, vitesse9 Aérodynamique
10 Réglage des voiles11 Forces de translation12 Couples de rotation
13 Bases météorologiques14 Marées15 Balisage en mer
16 Règles de priorité17 Sécurité en mer18 Naviguer en solo
19 Installer un spi20 Naviguer sous spi21 Exemple de test théorique
22 Préparer un stage de voile23 Divers points matériels24 Conseils d'achat
25 Restaurer une plateforme26 Documentation HC1727 Bears, mises à l'eau
28 Barre de redressement29 Construire des wings

Navigation sous spi

Préambule, définitions

Ce chapitre du cours détaille l'utilisation et surtout le gréement du spi sur catamaran.

Le spinnaker (ou spi) est une voile d'usage temporaire utilisée uniquement au portant (largue, grand largue, vent arrière). Quand on dit qu'on grée la grand'voile, c'est qu'on installe les cordages et qu'on la hisse tout de suite, puis on part sur l'eau. Pour dégréer, on affale la grand'voile et désinstalle les cordages. Pour le spi, il n'en est pas de même. Gréer le spi consiste à installer tous les cordages. Puis on part en navigation. Une fois seulement au portant, on "envoie" le spi pour quelques minutes. Dès qu'on souhaite changer d'allure, il faut affaler le spi. De retour de navigation, on dégrée le spi.

Le terme de "spi" désigne initialement les spinnakers. Les spinnakers sont des voiles symétriques en forme de cloche coupée en deux par un plan vertical. Ces voiles sont anciennes et n'ont jamais été adaptées à des catamarans : leur utilisation requiert une manœuvre complexe à chaque empannage : il faut décrocher le tangon et l'installer de manière à ce qu'il soit toujours du côté au vent du bateau. Ici, par le terme de spi nous désignerons abusivement les gennakers, terme presque synonyme de "spi asymétrique". Ces voiles ressemblent plus à des énormes focs souples et creux. Le tangon, quant à lui, est une barre fixe toujours orientée dans l'axe sagittal vers l'avant. Le spi sera empanné un peu comme le foc, sans permutation entre le point d'amure et le point d'écoute.

La première partie explique le gréement, l'envoi et l'affalement du spi en fonction de son installation. La deuxième partie détaille les manœuvres sous spi.

Votre serviteur vous indique également comment fabriquer soi-même un kit spi sur la page Fabriquer son kit spi.

Gréer, envoyer, affaler

Nous distinguerons TROIS types d'installation du spi :

  • l'installation "historique", le spi étant disposé dans un sac sur le trampoline
  • l'installation avec avaleur de spi, ou encore "spi trompette" (bien que la forme de trompette soit le fait de l'avaleur et non du spi) qui date de la fin des années 1990
  • l'installation du spi sur enrouleur, qui date de 2010 seulement

Spi dans un sac sur le trampoline

Gréer à terre

Le gréement est simple : le spi étant en vrac dans son sac, se positionner debout devant le bateau et relier chacun des trois coins à son cordage :

  1. la drisse de mât pour le point de drisse,
  2. la drisse d'amure pour le point d'amure,
  3. les deux écoutes, fermées en boucle, pour le point d'écoute.

Puis il faut choisir une amure, qui est la première amure sur laquelle on pense envoyer le spi pour la première fois lors de la navigation. On prend alors le spi en vrac dans les bras, en étant devant le bateau, puis on amène le tout sur le trampoline en passant dans le polygone formé par les écoutes de foc, le mât et la poutre avant. On passera du côté opposé à l'amure choisie.

Commentaire systématique du schéma :

  • en gris, nous voyons le mât, à son pied en coupe la poutre avant, et partant vers l'avant, le tangon.
  • le spi est représenté en bleu ciel
  • la drisse d'amure est représentée en vert : elle part du bout du tangon, fait demi-tour dans une double poulie entièrement mobile, repasse dans une poulie, et rejoint le point d'amure du spi. Lorsque la double poulie est tirée à fond vers l'arrière, le point d'amure du spi doit toucher le tangon.
  • la drisse de spi, ici en bleu, part du point de drisse du spi, passe par une poulie en tête de mât, descend dans une poulie portée par le pied du tangon, passe dans la poulie double, puis revient via un taquet à ressorts. Elle repose alors sur le trampoline, à disposition de l'équipier.
  • l'écoute de spi, en rouge, part du point d'écoute, fait le tour du bateau par l'extérieur, passe par deux poulies temporaires d'écoute, puis revient à son point initial par l'extérieur. L'écoute doit faire le tour du bateau en restant complètement à l'extérieur. On notera qu'il existe deux manières de gréer les écoutes de spi, nous verrons les conséquences sur la manœuvre plus bas :
    • de manière académique, la contre-écoute passe devant le spi. Cela se comprend car, si on relâche le spi en empannant, il tourne sur lui-même en filant dans le sens du vent (c'est ainsi que nous l'avons représentée ci-dessus)
    • certains préfèreront que la contre-écoute passe entre le spi et l'étai, comme pour un foc.
  • Le tangon est fixé sur la poutre avant, et est retenu vers le bas par des pantoires, et retenu vers le haut par un élastique fixé à la patte d'oie.

Envoyer le spi

On ne pourra envoyer le spi que sur l'amure choisie, c'est-à-dire lorsque le vent vient du côté opposé où se trouve le spi. De plus, le spi ne pourra être envoyé qu'au vent arrière ou au grand largue. Il faut alors très rapidement à la fois hisser le spi, et le faire avancer à la main dans le polygone formé par les écoutes de foc, le mât et la poutre avant. Le spi sera hissé en butée, mais sans pour autant que son guindant soit totalement rectiligne. Cette tâche occupe entièrement l'équipier, et il est très difficile d'envoyer un spi depuis un sac en solo.

On conseillera autant que possible d'enrouler le foc avant même d'envoyer le spi, car il devient totalement inutile, et le travail de l'équipier en sera simplifié.

Affaler le spi

Il est possible d'affaler le spi sous une amure qui est ou non l'amure de départ. Pour ce faire, il faut impérativement se positionner en vent arrière. Il est impossible et risqué pour le spi lui-même d'affaler à une autre allure. L'équipier décroche la drisse de son taquet, laisse filer la drisse sans choquer l'écoute de manière à attraper le point d'écoute. Puis il lâche l'écoute et embraque le spi en le faisant bien passer dans le polygone formé par les écoutes de foc, le mât et la poutre avant. Si le bateau n'est pas au vent arrière, ou si l'équipier synchronise mal ses deux gestes, le spi peut se coincer en divers endroits. il appartient alors à l'équipier de le décoincer. Attention, pour le prochain envoi vous devrez être sur la même amure que pour l'affalement courant.

Spi avec avaleur de spi

Gréer à terre

Le gréement est plus complexe. A terre, relier chacun des trois coins ainsi que les anneaux d'affalement à son cordage :

  1. la drisse de mât pour le point de drisse,
  2. la drisse d'amure pour le point d'amure,
  3. les deux écoutes, fermées en boucle, pour le point d'écoute,
  4. enfin la drisse d'avaleur est passée dans les anneaux et se frappe dans l'anneau le plus haut situé au milieu de la voile. Elle ne doit pas gêner les écoutes de spi.

Il faut ensuite tester le tout : mettre le catamaran (sans grand'voile) au vent-arrière, envoyer le spi à la main, et vérifier que tout va bien. On peut aussi simuler un empannage à terre pour vérifier sur l'autre amure. Si les choses ne conviennent pas, on peut généralement simplement défaire les écoutes "en l'air" et les repositionner. Ce test étant parfois délicat, on pourra ensuite laisser le spi gréé en place dans son avaleur durant toute la saison.

Commentaire systématique du schéma :

  • en gris, nous voyons le mât, à son pied en coupe la poutre avant, et partant vers l'avant, le tangon.
  • le spi est représenté en bleu ciel
  • la drisse d'amure est représentée en vert : elle part du bout du tangon, fait demi-tour dans une double poulie entièrement mobile, repasse dans une poulie, et rejoint le point d'amure du spi. Lorsque la double poulie est tirée à fond vers l'arrière, le point d'amure du spi doit toucher le tangon.
  • la drisse de spi, ici en bleu, part du point de drisse du spi, passe par une poulie en tête de mât, descend dans une poulie portée par le pied du tangon, passe dans la poulie double, puis revient via un taquet à ressorts. Elle repose alors sur le trampoline, à disposition de l'équipier. Ensuite, elle repart sous le trampoline, passe dans le sac de l'avaleur de spi, puis est frappée sur des anses présentes en plein milieu du spi. En remontant le long du spi, elle ne devra pas coincer les autres cordages, ni sur une amure ni sur l'autre.
  • l'écoute de spi, en rouge, part du point d'écoute, fait le tour du bateau par l'extérieur, passe par deux poulies temporaires d'écoute, puis revient à son point initial par l'extérieur. L'écoute doit faire le tour du bateau en restant complètement à l'extérieur. On notera qu'il existe deux manières de gréer les écoutes de spi, nous verrons les conséquences sur la manœuvre plus bas :
    • de manière académique, la contre-écoute passe devant le spi. Cela se comprend car, si on relâche le spi en empannant, il tourne sur lui-même en filant dans le sens du vent
    • certains préfèreront que la contre-écoute passe entre le spi et l'étai, comme pour un foc.
    • elle ne devra en aucun cas passer entre la drisse d'avaleur et l'étai.
  • Le tangon est fixé sur la poutre avant, et est retenu vers le bas par des pantoires, et retenu vers le haut par un élastique fixé à la patte d'oie.

Envoyer le spi

On pourra envoyer le spi sur n'importe quelle amure. Le spi ne pourra être envoyé qu'au vent arrière ou au grand largue. Il suffit à l'équipier de tirer très rapidement sur la drisse, en laissant dans le même temps cette dernière filer sous le trampoline (sinon le spi est retenu dans l'avaleur). Le spi sera hissé en butée, mais sans pour autant que son guindant soit totalement rectiligne. L'équipier prend ensuite l'écoute de spi en main.

On conseillera autant que possible d'enrouler le foc avant même d'envoyer le spi, car il devient totalement inutile, et le travail de l'équipier en sera simplifié.

Affaler / avaler le spi

Généralement, on ne peut affaler le spi que sur une amure précise. Cette amure dépend de la manière dont les anneaux d'avalage ont été montés sur la voile elle-même : c'est généralement une chose qui est fixée "une fois pour toute". Il faut en effet être sur l'amure qui fait passer la drisse d'avaleur derrière le spi, et non devant le spi. Pour cette raison, on pourra empanner spécialement pour affaler, puis empanner de nouveau : l'affalement étant très rapide avec un avaleur, c'est un compromis acceptable.

Il faut impérativement se positionner en vent arrière. Il est impossible et risqué pour le spi lui-même d'affaler à une autre allure. L'équipier décroche la drisse de son taquet, puis tire sur la partie de drisse qui part sous le trampoline, en laissant l'autre partie filer vers l'avant. Si le bateau n'est pas au vent arrière, ou si l'équipier synchronise mal ses gestes, le spi peut se coincer en divers endroits. il appartient alors à l'équipier de le décoincer. Il faut tirer assez fort sur la drisse, tout en regardant bien ce qui se passe pour éviter de déchirer le spi s'il se coince en route. Pour mémoire, on pourra ensuite envoyer le spi sous n'importe quelle amure, quelle que soit l'amure de l'affalement courant.

Spi sur enrouleur

Préambule

Les spi sur enrouleur sont très récents (2010) et ont été introduits pour la première fois sur le Hobie Cat Pearl, le catamaran de raid par excellence. Ce sont des spi nettement plus plats que les spi asymétriques habituels. On ne parlera plus d'envoyer et d'affaler le spi, mais respectivement de le dérouler et de l'enrouler.

Gréer à terre

Le spi est simplement monté comme le serait un foc sur enrouleur. On le grée entièrement, puis on l'enroule. Une fois enroulé, le spi peut également être affalé ou hissé tel quel.

Commentaire systématique du schéma :

  • en gris, nous voyons le mât, à son pied en coupe la poutre avant, et partant vers l'avant, le tangon.
  • le spi est représenté en bleu ciel
  • le point d'amure du spi est frappé sur un enrouleur.
  • la drisse de spi est ici en bleu.
    • Si un émerillon est monté entre la drisse et le spi, la drisse passe par une poulie en tête de mât, descend et est frappée sur un taquet. Cette configuration permet de stocker le spi sous forme d'un rouleau, et de hisser directement le spi enroulé.
    • Si au contraire l'émerillon est entre la poulie et le mât, comme sur le focs, la drisse tourne autour de la poulie et redescend le long du guindant du spi et est frappée au-dessus de l'enrouleur. Elle ne doit alors pas être fixée ailleurs qu'entre l'enrouleur et l'émerillon.
  • l'écoute de spi, en rouge, part du point d'écoute, fait le tour du bateau par l'extérieur, passe par deux poulies temporaires d'écoute, puis revient à son point initial par l'extérieur. L'écoute doit faire le tour du bateau en restant complètement à l'extérieur. On notera qu'il existe deux manières de gréer les écoutes de spi. Ici, nous verrons les conséquences sur la manœuvre plus bas :
    • de manière académique, la contre-écoute passe devant le spi. Cela se comprend car, si on relâche le spi en empannant, il tourne sur lui-même en filant dans le sens du vent
    • dans cette configuration, il est plus habituel de passer la contre-écoute entre le spi et l'étai, comme pour un foc.
  • Le tangon est fixé sur la poutre avant, et est retenu vers le bas par des pantoires, et retenu vers le haut par un élastique fixé à la patte d'oie.

Dérouler le spi

Il suffit de se mettre au portant et de décoincer la drisse de l'enrouleur de spi. L'équipier prend ensuite l'écoute de spi en main.

Pour les mêmes raisons que précédemment, on conseillera autant que possible d'enrouler le foc avant d'envoyer le spi.

Enrouler le spi

Pour limiter les efforts sur la matériel, on recommandera d'enrouleur le spi en vent arrière ou au grand largue, quelle que soit l'amure. Il suffit de relâcher les écoutes et de tirer sur le bout de l'enrouleur.

Comparaison des 3 modes de gréement

Le tableau ci-dessous compare les différentes modalités de gréement.

Configuration Amure pour envoyer le spi Amure pour affaler le spi Utilisation solitaire Risque de coincer le spi
lors des manœuvres
Coût de l'installation
Sac sur le trampoline Contrainte : celle choisie au gréement,
ou celle de l'affalage précédent
Libre Très difficile Très important Faible
Avaleur de spi "trompette" Libre Plutôt contrainte : celle imposée par
la configuration des anneaux sur le spi
Possible Relativement important Élevé
Spi sur enrouleur Libre Libre Facile Inexistant

Moyen

Manœuvrer sous spi

Allures compatibles

Sous spi, vous pouvez manœuvrer librement, sans toutefois jamais remonter au vent. De manière générale, le spi donne une plus grande puissance au vent arrière mais surtout au grand largue. L'utilisation du spi ne rend pas caduque, loin s'en faut l'intérêt du gain sous le vent (voir le chapitre Louvoyage, gain au vent, gain sous le vent). Le spi sur enrouleur, en étant plus plat, est plus faible au largue mais permet de mieux remonter au travers.

Truc pratique : il est possible d'utiliser le spi par vent exceptionnellement faible (0 à 2 Beaufort) pour "booster" le catamaran au vent de travers voire au petit largue (entre le près et le travers). Il suffit pour cela de bien tendre la drisse pour raidir le guindant. On pourra même s'autoriser dans des conditions extrêmes à hisser le spi au vent de travers, sans dommage. On notera qu'un spi ne peut fonctionner par vent faible que si ses écoutes sont suffisamment légères.

Par vent médium, le spi ne permet plus de remonter au vent. Néanmoins, en cas d'urgence, il est toujours possible de choquer totalement le spi et de remonter au près à l'aide de la GV, pour éviter un obstacle par exemple. Le spi faseillera bruyamment mais c'est sans dommage.

Réglage du spi

Le réglage du spi est intuitif : choqué au vent arrière, bordé au travers, il doit être maintenu "à la limite du faseillement" : si le spi ne faseille pas, essayez de le choquer jusqu'à ce qu'il faseille, puis rebordez un peu pour éliminer le faseillement, mais le minimum possible. Il est strictement interdit de mettre l'écoute au taquet, ce serait trop dangereux. Si le bateau enfourne ou gîte, on doit choquer le spi en grand. Si le barreur a le choix de son cap, il doit retenir que l'abattée diminue la puissance du spi, exactement à l'inverse des réflexes acquis pour la grand'voile.

Empannage

L'empannage sous spi est sans particularité. Si la contre-écoute de spi passe en arrière du spi, l'équipier doit forcer le passage du spi dès que possible. Si au contraire la contre-écoute de spi passe en avant du spi, ce qui est conseillé en solo, l'équipier doit bien choquer l'écoute, laisser le spi partir en avant au vent arrière, puis reprendre la contre-écoute après seulement.

Autres manœuvres

Le virement de bord et l'arrêt à la cape sont théoriquement impossible sous spi. En cas d'urgence, il est toutefois possible de lâcher entièrement le spi et "faire le nécessaire", dans quelque direction que ce soit, voire de virer de bord pas très proprement. Le spi faseille très bruyamment, mais ce n'est pas dangereux.

http://emmanuel.chazard.org - Copyright 2001-2018
Page générée par nos soins le 06/12/2018 à 22:43:55