AccueilProfessionnelVoile, catamaranContact, infos

Rubrique voile et catamaran :

1 Accueil2 Notions élémentaires3 Virement de bord
4 Empannage5 Marche arrière, départs et arrivées6 Arrêt à la cape, homme à la mer
7 Louvoyage8 Vent réel, apparent, vitesse9 Aérodynamique
10 Réglage des voiles11 Forces de translation12 Couples de rotation
13 Bases météorologiques14 Marées15 Balisage en mer
16 Règles de priorité17 Sécurité en mer18 Naviguer en solo
19 Installer un spi20 Naviguer sous spi21 Exemple de test théorique
22 Préparer un stage de voile23 Divers points matériels24 Conseils d'achat
25 Restaurer une plateforme26 Documentation HC1727 Bears, mises à l'eau
28 Barre de redressement29 Construire des wings

Virement de bord

Préambule

Définition : Le VDB (virement de bord) est la manœuvre qui permet, au décours d'un changement de cap, de changer d'amure en tournant face au vent. On parle également de virement face au vent, pour le différencier de l'empannage.

Problématique : il s'agît de faire tourner le catamaran d'au moins 90° alors que le vent n'apporte plus de propulsion, mais au contraire freine le catamaran. De surcroît, les catamarans possèdent une faible inertie et, du fait de leur forme, n'ont pas naturellement de point de pivot. A un niveau supérieur, le but est de virer sans perdre de vitesse.

Virement de bord standard

Rôle des voiles

La grand'voile (GV), placée à l'arrière du bateau, tend à le replacer face au vent, à le faire lofer.

Le foc, placé à l'avant du bateau, tend a contrario à le faire s'éloigner du vent, à le faire abattre. Cependant, à l'inverse de la GV, le foc ne peut pas se gonfler lorsque le vent est trop près de l'axe du bateau (les deux points de traction des écoutes sont décentrés). Il se gonfle alors à contre. Le foc gonflé à contre permet également de faire abattre le bateau, mais en le ralentissant alors que le foc gonflé du bon côté propulse le bateau.

La manœuvre de base

Elle comprend tour à tour une auloffée (on privilégiera alors la GV), un état face au vent, puis une abattée sur l'autre amure (dans laquelle le rôle du foc sera déterminant).

Sources d'échec

Les raisons possibles d'un échec lors du VDB sont nombreuses. Elles sont ici énumérées en rapport avec chaque étape décrite plus haut. Il faut garder à l'esprit le rôle de la GV en faveur du lof et celui du foc en faveur de l'abattée.

Le barreur ne parvient pas à mettre le bateau dans le lit du vent parce que :

  • le bateau est trop loin du près (1)
  • la GV n'est pas bordée à fond (1-2)
  • la barre est poussée violemment ou pas jusqu'au bout (2)
  • la GV est choquée trop tôt (3)

Le bateau reste planté face au vent / scotché au près serré / se remet face au vent car :

  • la GV n'est pas choquée à temps (3)
  • le foc n'était pas assez bordé (1), il ne prend donc pas à contre et l'action de la GV, même choquée, prédomine.
  • le foc est passé trop tôt et ne se regonfle pas, ou se regonfle à contre sur l'autre amure (5)
  • le barreur, en changeant de côté, pousse la barre au lieu de la tirer (5)
  • la GV est bordée trop tôt (6)

Virement en finesse

Le but est ici de parvenir à virer de bord par temps médium le plus rapidement possible, sans perte d'élan. Aux contrôles précédents, nous ajouterons le poids de l'équipage sur le bateau.

Le rôle du poids de l'équipage

Équilibre longitudinal

Nous avons vu précédemment comment faire changer la direction du bateau en modifiant l'équilibre entre les voiles : foc et GV. Un résultat similaire peut être obtenu à l'aide du poids de l'équipage. La direction du bateau est influencée, outre les safrans, par les positions comparées du centre de poussée vélique et du centre de gravité, qui représentera schématiquement le point de pivot.

  1. Ce bateau est neutre.
  2. Ce bateau est mou : il tend à abattre. Ce résultat est obtenu soit en avançant le centre de poussée vélique (en privilégiant les voiles d'avant…) soit en déplaçant l'équipage vers l'arrière.
  3. Ce bateau est ardent : il tend à lofer. Ce résultat est obtenu soit en reculant le centre de poussée vélique (en privilégiant les voiles d'arrière…) soit en déplaçant l'équipage vers l'avant.

Équilibre latéral

Le raisonnement est le même que ci-dessus. En conclusion, l'équipage se placera du côté intérieur du virage : sous le vent pour abattre, au vent pour lofer.

Manœuvre

Reprenez la manœuvre de base.

Dans la première phase du virement, l'auloffée, l'équipage restera bien à l'avant du côté au vent. L'équipier restera le cas échéant le plus longtemps possible au trapèze.

Dans la deuxième phase du virement, l'abattée, l'équipage se placera en arrière tout en restant du même côté, alors devenu côté sous le vent. Le changement de côté sera réalisé une fois dans la bonne direction, en passant le foc pour l'équipier et en rebordant la GV pour le barreur.

Virement de bord par petit temps

Par petit temps, l'auloffée ne pose pas de problème en raison de l'importance de l'élan du bateau par rapport au ralentissement imposé au bateau par le vent. En revanche, l'abattée peut poser problème. Il est primordial de bien choquer la GV et de bien positionner l'équipage en arrière sous le vent après passage des voiles.

Point pratique outre la manœuvre de base :

  • pour lancer le VDB, poussez la barre doucement et non d'un coup franc (contrairement à ce qui peut être fait en dériveur)
  • dès que le foc est à contre, choquez la GV et tirez-la rapidement et profondément de votre côté afin de la choquer en grand et, avec un effet de girouette, forcer le bateau à virer

Virement par gros temps

Trois problèmes se posent par gros temps.

  1. Les manque-à-virer sont fréquents car les GV ne sont généralement pas assez bordées. Point pratique : nous recommandons aux équipages de se positionner à un près très serré, auquel la GV pourra être bordée à fond sans surpuissance (le foc doit même faseiller), après quoi le virement pourra être lancé. Si la GV n'est toujours pas bordée à fond, il faut achever de la border tout en poussant la barre (c'est plus facile, sans danger mais moins efficace). Si les membres de l'équipage sont au trapèze, il est possible de faire rentrer l'équipage, et se positionner au près très serré puis border à fond la GV sans contrepoids.
  2. L'abattée se fait souvent en marche arrière : le bateau recule dès que le foc prend à contre. Il faut alors inverser la barre. On peut observer le recul par rapport à l'eau ou le sentir à la barre (qui a tendance à partir d'un côté ou de l'autre) ou parce que le bateau se cabre.
  3. Enfin, plus rarement, le bateau peut dessaler en arrière pendant qu'il recule. Pour éviter cela, l'équipage doit rester en avant, bien choquer la GV et le barreur doit maintenir la barre en position intermédiaire alors qu'elle tendrait à partir toute seule en position extrême.

La manœuvre du virement de bord par gros temps est détaillée sur cette vidéo :

http://emmanuel.chazard.org - Copyright 2001-2018
Page générée par nos soins le 06/12/2018 à 22:43:55