AccueilProfessionnelVoile, catamaranContact, infos

Rubrique voile et catamaran :

1 Accueil2 Notions élémentaires3 Virement de bord
4 Empannage5 Marche arrière, départs et arrivées6 Arrêt à la cape, homme à la mer
7 Louvoyage8 Vent réel, apparent, vitesse9 Aérodynamique
10 Réglage des voiles11 Forces de translation12 Couples de rotation
13 Bases météorologiques14 Marées15 Balisage en mer
16 Règles de priorité17 Sécurité en mer18 Naviguer en solo
19 Installer un spi20 Naviguer sous spi21 Exemple de test théorique
22 Préparer un stage de voile23 Divers points matériels24 Conseils d'achat
25 Restaurer une plateforme26 Documentation HC1727 Bears, mises à l'eau
28 Barre de redressement29 Construire des wings

Fabriquer une barre de redressement

Objet

L'objet de ce bicolage est de vous permettre de réaliser une perche de redressement pour votre catamaran. Le but est de vous permettre de redresser tout seul le catamaran après un dessalage. Attention : vous devriez tester une première fois ce bricolage avec l'aide d'un co-équipier avant de vous sentir totalement protégé.

Matériel requis

[ je compte prendre des mesures précises dans les mois qui viennent, en attendant voici déjà de quoi commencer]

Le coût de ce bricolage est modique car il requiert très peu de matériel (ici pour un HC16) :

  • une barre d'aluminium, 2,5 à 3m de long, 6cm de diamètre, 2mm d'épaisseur
  • du bout fin
  • un gros mousqueton, qui sera fixé à l'aide d'un simple boulon
  • quatre arrêts en 8 (voir le schéma ci-dessous)
  • un taquet en plastique, fixé par deux rivets pop
  • cinq pontets, fixés par 10 rivets pop
  • un crochet en S (esse)
  • 20 cm de gros élastique

En particulier, il n'y a pas d'articulation métallique. Pour des catamarans qui n'auraient pas fixation possible aux extrémités de la martingale, contrairement au HC16 et au HC14 par exemple, compter deux gros pontets (avec 4 rivets) en plus.

Situation générale

Le montage se constitue principalement d'un tube en aluminium unique, d'une longueur de 3 mètres, diamètre 60mm, épaisseur 2mm. Ce tube est muni au bout d'une mousqueton, qui permet de l'articuler très librement avec la martingale. On peut rapidement changer le côté de la martingale selon l'amure de dessalage. Le tube est également contrôlé par plusieurs cordages que nous détaillerons après.

Barre repliée

Replié, le tube est dans l'axe sagittal orienté vers l'arrière : le tube est plaqué contre la poutre arrière. Ceci est illustré sur la photographie suivante, qui sera reprise plus bas pour expliciter les cordages.

Barre dépliée

Déplié, le tube prolonge le mât vers le bas, et il est possible de marcher dessus pour redresser le bateau. Ceci est illustré sur la photographie suivante, qui sera reprise plus bas pour expliciter les cordages.


Détail des cordages

Convention

Dans les schémas et photomontages suivants, nous utiliserons toujours les mêmes couleurs :

Présentation générale

Le schéma suivant illustre la construction de la barre de redressement.

En position repliée, la barre est située dans l'axe du tangon et plaquée contre la poutre arrière.

En position dépliée, la barre est grossièrement orientée dans l'axe du mât, mais décalée vers le côté sur lequel le bateau repose. Les maintiens avant et arrière sont entièrement tendus, mais les maintiens latéraux ne sont tendus que d'un côté. Leur mise en tension est le fait des arrêts en huit qui butent contre les pontets.

Maintien latéral (rouge)

Le maintien latéral est assuré par deux cordages. Chacun d'entre eux relie les deux extrémités de la martingale entre elles, en passant dans un pontet situé sur la barre de redressement. L'un des cordages passe au premier tiers de la barre, tandis que l'autre passe au deuxième tiers. Quatre arrêts en huit sont positionnés sur les cordages de manière à ce que la barre s'appuie dessus quelle que soit l'amure. Ces arrêts sont représentés ci-dessous.

Maintien arrière (vert)

Un simple cordage relie de manière fixe le milieu de la poutre arrière à un point situé à une distance de l'origine de la barre exactement égale à la longueur du trampoline. Ce point, lorsque la barre est repliée, doit arriver exactement au milieu de la poutre arrière. La longueur est telle que, lorsque la barre est dressée, elle est dans l'axe du mât mais ne peut pas partir plus en avant. En position repliée, un élastique terminé par un crocher en S maintient la barre contre la poutre arrière.

Maintien avant (bleu)

Un cordage en Y (dont les trois segments ont la même longueur) relie les deux avants de coque (aux points d'insertion des pantoires par exemple) à une poulie située au milieu de la barre (la poulie est constituée par un pontet tout simplement, sans poulie à proprement parler). La forme en Y permet une utilisation à l'identique sur une amure ou sur l'autre. La longueur doit permettre à la barre d'être repliée sous le trampoline. Une poulie est présente au point d'insertion sur la barre, et un taquet plastique. Le cordage en Y passe dans la poulie, retourne au pied de la barre et passe dans le taquet. Cela permet, après le dessalage, de dresser la barre en tirant sur le cordage, et de la coincer dans cette position.

Utilisation

Dessalage

Immédiatement après le dessalage, vous procédez aux manœuvres décrites dans le chapitre du cours sécurité manoeuvres équipement). Positionnez-vous debout sur la coque qui flotte. Décrochez l'élastique sur la poutre arrière. Positionnez la barre du côté de la martingale le plus bas, à l'aide du mousqueton. Tirez sur le cordage avant pour dresser la barre, et frappez le cordage avant sur son taquet au pied de la barre. C'est tout.

La barre est maintenant dressée, et ne peut pas bouger. En tenant le bout de resalage si besoin, marchez doucement vers l'extrémité de la barre. Dès que nécessaire, saisissez la martingale pour éviter de recevoir la coque sur le crâne.

Notez que, comme la barre peut librement remonter vers la coque supérieure, lorsque la profondeur d'eau est insuffisante, cela ne pose généralement pas de problème : la barre part simplement sur le côté.

Rangement

Une fois le bateau resalé, montez sur le trampoline. Décrochez le cordage avant du taquet (en avant du mât), et depuis la poutre arrière, remontez la barre à l'aide du cordage arrière. Fixez la barre sous la poutre arrière à l'aide d'un élastique muni d'un crochet en S sur le pontet de l'écoute de chariot par exemple.

Variantes

Ce bricolage fonctionne TRES bien. Je navigue en solo en HC16 et ai testé plusieurs autres systèmes auparavant, c'est pour moi le meilleur (en fait le seul vraiment bon...). Cela dit, on peut envisager des variantes selon ses goûts personnels.

Variante #1 : barre dans l'axe du mât (déconseillé)

Une première variante consisterait à orienter la barre de manière à non pas marcher dessus, mais s'y suspendre à la force de ses bras. Le montage est plus simple : il suffit de fixer le mousqueton sur l'étai de martingale et non sur la martingale, et de nouer directement les cordages latéraux (en rouge) sur les pontets, sans coulissement possible.

Je l'ai testé, et en solo cela ne convient pas : on se fatigue très vite, et la partie du corps qui est immergée dans l'eau est totalement inutile. En revanche, on peut le tester si on est un équipage en duo, ou qu'en solo il ne manque que quelques kilos. Pourquoi pas enfin laisser pendre au bout une boucle dont on se servirait comme échelle de corde...  à condition de ne pas s'y laisser coincer le pied !

Variante #2 : avec l'axe de la mise à l'eau (non testé)

Une deuxième variante consiste à ne pas fixer de barre métallique, mais à embarquer l'axe principal de la mise à l'eau. En gros, on fait pareil mais on remplace les pontets et mousquetons par des boucles dans lesquelles on passe les extrémités qui servent initialement d'axes pour les roues.

Je ne l'ai pas testé mais je pense que cela devrait bien fonctionner. Il faut toutefois trouver un moyen pour ne pas perdre son axe de remorque au fond de l'eau !

Variante #3 : avec un gros sac à remplir d'eau (non testé)

Une troisième variante, à conseiller aux équipages les plus légers, est de se procurer un gros sac étanche avec poignées (comme par exemple les sacs vendus pour transporter ses déchets végétaux à la déchetterie), et mettre en place un système permettant de le remplir au pied de la barre, puis une fois plein de le faire glisser (avec une drisse) le long de la barre, qui doit être orientée plus vers le haut que dans le montage initial. Pour cette manipulation, l'équipage resterait tranquillement debout sur la coque.

Le sac pourrait, au fond, être muni d'un court bout terminé par un petit flotteur : une fois le bateau resalé, il suffirait de tirer sur ce bout pour sortir le sac de l'eau tout en le vidant sans effort.

Le montage est donc similaire, mais :

  1. le maintien latéral le plus distal (éloigné du trampoline) pourrait être fixe, seul le proximal (proche du trampoline) étant coulissant. Cela aurait pour effet de plus incliner la barre.
  2. il faudrait ajouter le sac, et un cordage tournant autour de deux poulies (ici en vert)
  3. il faudrait enfin trouver un rangement accessible pour ce sac après resalage

http://emmanuel.chazard.org - Copyright 2001-2018
Page générée par nos soins le 06/12/2018 à 22:43:55